AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 


ECHOS DE KABYLIE...

       

VISITE DU PRESIDENT DE L'ANAVAD AU CANADA

Conférence de M. Ferhat Mehenni à l’Université du Québec UQAM

Ferhat MEHENNIDe Montréal, Maks, tamurt.info, jeud 12 avril 2012 / C’est dans une salle bondée de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) que le président du gouvernement provisoire Kabyle M. Ferhat Mehenni et son ministre de l’Éducation, de la Langue et de la Culture kabyles, M. Lhacène Ziani se sont retrouvés pour une conférence autour du thème « Le Gouvernement kabyle face au défi de l’heure ».

M. Mehenni a relaté les causes qui ont amené à la naissance du mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, ensuite au gouvernement provisoire kabyle. Ces deux structures sont donc arrivées à un moment charnière de l’histoire de la Kabylie qui devait rompre avec l’option revendicatrice qui avait piégé le MCB dans une impasse fatale.

Dès sa naissance dans la douleur des évènements tragiques de 2001 durant lesquels 126 jeunes kabyles furent exécutés par la gendarmerie coloniale algérienne, le MAK a posé les jalons d’une démarche conceptuelle et revendicatrice pro active qui déplut aussitôt, même dans les rangs de la militance kabyle qui l’a jugé par trop agressive, voire extrémiste.

Les grandes idées ayant besoin d’un long processus de maturation pour être intégrées dans le schéma mental des populations, il a fallu attendre une dizaine d‘années pour passer de l’autonomie à cet autre jalon tout aussi essentiel qu’est, l’autodétermination.

Pour le président du gouvernement kabyle, c’est le passage de l’autonomie à l’autodétermination qui a nécessité la création du gouvernement provisoire qu’il dirige depuis 2010. M. Ferhat Mehenni s’est aperçu, selon ses dires qu’en dépit des nombreuses amitiés que suscite la cause kabyle partout dans le monde, la légalité internationale interdisait aux personnes comme aux nations amies de se prononcer sur cette question et de déclarer ouvertement leur soutien.

Aujourd’hui, la revendication de l’autodétermination du peuple kabyle change fondamentalement la donne et permet tous les espoirs dès lors que les Nations Unies ne peuvent, au nom de la légalité internationale ignorer la question Kabyle.

Cette reconnaissance internationale est donc l’un des défis majeurs que s’impose courageusement le gouvernement kabyle depuis 2010, qui amènera, selon les estimations de M. Mehenni, à la libération de la Kabylie d’ici 3 ans.

Source: © tamurt.info, jeudi 12 avril 2012



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.