AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 


INTEMPÉRIES EN KABYLIE

       

ATH OUACIF

Région ciblée hier par les militants du MAK

Ath Ouacif. Région ciblée hier par les militants du MAKDe Tizi-Wezzu, Saïd Tissegouine / Ath-Ouacif, est la région ciblée hier par les militants du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK) à travers ses opérations quotidiennes de secours. Plus exactement, c’est le village de Zaknoun de la région d’Ath-Ouacif qui sera le bénéficiaire des dons du MAK lesquels ont été collectés par les militants et patriotes de Mekla.

Ces dons en questions sont constitués d’argent et de divers produits alimentaires et vestimentaires. Quant à l’identification des familles sinistrées et démunies du pays du mat de cocagne, elle a été du ressort de M. Karim Rahmane, cadre dirigeant du MAK.

C’est à Tizi-Ouzou que les caravaniers du MAK où figure comme d’habitude M. Bouaziz Aït-Chebib se sont rencontrés pour assurer les derniers préparatifs avant de prendre la destination d’Ath-Ouacif avec M. Karim Rahmane comme guide. Il va sans dire aussi qu’avant leur départ, les caravaniers ont fait le point sur la situation générale de la Kabylie en corrélation avec les intempéries. C’est ainsi que nous avons appris que les fortes chutes de neige ont provoqué l’effondrement d’une maison au village d’Iguer n’Salem dans la commune maritime d’Iflissen et cinq (05) autres au village d’Azrou Oukellal dans la commune de Aïn El Hammam. Dans les deux cas, assurent les militants et patriotes du MAK, les autorités ont brillé par leur absence. Les seuls secours qu’il y a eu à l’endroit de ces familles doublement sinistrées ont été du ressort des citoyens.

Par ces intempéries, le peuple kabyle a retrouvé le mode organisationnel ancestral. En effet, selon nos propres constats et les nombreux témoignages concordants, aucune intervention secouriste de l’Etat n’a été enregistrée dans toute la Kabylie. Ce sont les citoyens eux-mêmes qui se sont pris en charge en s’assurant une aide mutuelle. A Mekla, ce sont des engins de travaux publics appartenant à une entreprise privée dont le siège social se trouve à Biskra qui sont sur le terrain avec la mission d’ouverture des routes. A Ath Ouacif, ce sont les engins et les employés de l’entreprise Haddad qui ont aidé à débarrasser les routes des tonnes de neige les recouvrant. Dans cette région, selon M. Karim Rahmane, la couche nivale a atteint une épaisseur d’au moins 1,50 m. A Akbou, région relevant de la circonscription territoriale de la wilaya de Béjaia, c’est le même scénario que celui de toutes les régions de Tizi-Ouzou. Collectes de dons en faveur des familles sinistrées et incessantes opérations de volontariat pour dégager les routes fortement recouvertes de couche nivale.

Cette forte mobilisation est entièrement citoyenne. Et toujours dans le cadre de collectes de dons, le Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK) que dirige M. Ferhat Mehenni a réussi à collecter auprès des émigrés, à ce jour, une somme de treize mille (13.000) euros. Cet argent sera destiné aux sinistrés de Kabylie. A travers ces multiples cas cités, le peuple kabyle a la preuve indiscutable que l’Etat algérien ne le considère pas comme son administré et son protégé. En effet, il est à se demander où sont passés les élus kabyles prétendant que seul l’Etat Central Unitaire est capable de constituer la garantie pour l’ensemble du peuple algérien. Jusqu’à présent, personne n’a vu un élu du RCD ou du FFS jouir des moyens adéquats de l’Etat pour venir en aide à ses administrés. Ce même Etat que les deux formations politiques tentent vainement de défendre ne les reconnaît pas car dans sa logique « l’Algérie est un pays et la Kabylie en est un autre », le FFS et le RCD sont kabyles et, par conséquent, pas des siens.

Dans cette même logique, nous pensons utile de relever l’anecdote que voici : en se rendant au siège de l’APC pour discuter avec les responsables de la situation créée par les intempéries, le cadre du MAK, M. Karim Rahmoune, entendra le maire lequel est issu du FFS lui dire : « avec de telles chutes de neige, la Kabylie est livrée à elle-même ; qu’en serait-il alors si c’était l’autonomie ? ». Alors, il lui rétorque : « tu reconnais donc que l’Etat algérien a abandonné la Kabylie. C’est pour ces raisons justement que nous demandons l’autonomie ». Devant la justesse et la pertinence du constat établies par le cadre du MAK, le maire garda le silence. Un silence qui se veut une caution à l’exigence des militants du MAK.

En effet, l’Etat algérien, réitérons-le, a abandonné la Kabylie. Même ce que nous considérons de commun avec les Algériens, à savoir l’armée, elle n’a été vue nulle part en Kabylie en train de faire quelques gestes secouristes. Notons enfin qu’au cours de la fin de la journée d’hier, le Président du MAK, de retour de sa mission d’Iferhounène, a fait un crocher à Fréha où il s’est rendu au siège du Croissant Rouge local. M. Bouaziz Aït-Chebib s’est entretenu avec les responsables de cette structure sur les disponibilités des aides et des moyens de leur acheminement. Et à travers ces discussions, il ressort que le Croissant Rouge de Fréha s’est jusqu’à présent très bien acquitté de sa mission. Il va sans dire également que les responsables de cette structure se sont sentis honorés par la visite que leur a fait le président du MAK.

Source: © tamurt.info, mardi 15 février 2012



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.