AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 


TAMAZIGHT

       

Lettre au ministre de la Communication

Brahim TAZAGHART , Correspondance, 20 avril 2012 /


Brahim Tazaghart, écrivain et éditeur

E-mail : brahimtazaghart@yahoo.fr

Tél : 0561 39 62 79

Tahar Ould Amar, écrivain et journaliste

E-mail : t.ouldamar@yahoo.fr

Tél : 0771 65 01 83

Alger, le 20 avril 2012

A Monsieur le ministre de la Communication

Objet : Demande de création d’un journal quotidien en langue tamazight de statut public

Depuis la promulgation loi 90-07 du 3 avril 1990 relative à l’information, le paysage médiatique algérien, dans sa variante de presse écrite, a subi une révolution que nous envient bien des pays. Cette mue a projeté au-devant de la scène le droit à l’information et la liberté d’expression, deux acquis démocratiques obtenus après des sacrifices historiques consentis par les hommes de la profession et la jeunesse de notre pays.

La diversification de l’offre en matière de presse écrite est, incontestablement, liée à l’ouverture de cette activité aux personnes morales de droit privé ; ce qui, dès la fin des années 2 000, a conduit l’éventail de la presse algérienne à compter une centaine de titres, entre quotidiens et hebdomadaires dans les deux langues : français et arabe. A ce niveau de réflexion, l’article défini « les », accolé au mot « langues », nous interpelle aujourd’hui puisqu’il limite les langues usitées en Algérie à la première langue nationale consacrée depuis l’indépendance par la Constitution et à celle héritée de la colonisation. Or, la diversité et la richesse de la culture algérienne vont au-delà de ces deux réalités. D’une façon officielle, tamazight est déclarée, depuis 2002, comme seconde langue nationale à côté de l’arabe. La procédure avait requis un amendement constitutionnel intervenu suite à un congrès parlementaire ayant réuni les deux Chambres.

Bien avant cette inscription dans la Constitution, tamazight a fait son entrée dans l’Université en 1990 et dans le système éducatif algérien en 1995. En 1996, elle a intégrée le préambule de la constitution comme composante de l’identité nationale.

Sur le plan médiatique, la première apparition de tamazight fut dans le journal TV en 1990. Seulement, il faut attendre 2009 pour voir le gouvernement prendre la décision de créer une chaîne de télévision (TV4), ouverte aux différentes variantes de tamazight. Même si cetteexpérience a un impact au niveau de la société, elle demeure visiblement insuffisante au regard des défis charriés par le projet de réhabilitation de la langue et de la culture amazigh. Le bilan de cette chaîne et des chaînes de radio amazighophones reste en tout cas à faire, et la présence de tamazight dans toutes les radios régionales est souhaitable.

Au-delà de l’impérative nécessité du support audiovisuel dans la promotion de tamazight, la voie et le support de l’écrit s’imposent de plus en plus, entendu que l’un des plus grands défis à relever pour la promotion de cette langue est justement son accès définitif au mode scriptural. Si l’école et l’université interviennent dans ce créneau, cela demeure lacunaire tant qu’un support écrit populaire ne met pas la langue à la portée des ses utilisateurs.

C’est pourquoi, dès la libéralisation du champ de la presse écrite en Algérie, des expériences- courtes, disparates, car privées de tout soutien- ont été menées par des collectifs ayant investi les rédactions de quelques journaux de statut privé. Ce fut le cas de l’hebdomadaire Izuran, de L’Hebdo n Tmurt au début des années 2 000, de quelques revues éphémères ainsi que de la presse partisane comme Asalu et Amaynut. Et actuellement, l’expérience menée au sein de La Dépêche de Kabylie (un cahier central hebdomadaires de quatre pages).

Ces expériences, aussi modestes soient-elles, ont mis en relief les besoins immenses de la société en matière de lecture de la presse en langue amazigh, particulièrement chez les jeunes élèves étudiant cette langue à l’école et qui sont à la recherche de la matière écrite qui soit régulière, accessible et proche des préoccupations quotidiennes de la société. Ces expériences ont également révélé un autre phénomène, celui de débouchés professionnels que cherchent les diplômés en tamazight de l’Université, déroutés, il faut le dire, par le statut facultatif de l’enseignement de la langue qui limite d’une manière draconienne l’ouverture des postes budgétaire dans le secteur de l’enseignement. En effet, pour cette catégorie de diplômés, le champ professionnel algérien offre une gamme très limitée de débouchés. L’exercice du métier de journaliste est censé atténuer cette limitation d’horizons. A ce sujet, nous pensons nécessaire l’institution d’une licence de journalisme en langue amazighe.

Monsieur le ministre,

Il tombe sous le sens que les pouvoirs publics algériens ont une grande responsabilité à assumer dans la mission de réhabilitation et de promotion de tamazight. L’école, l’université, la télévision et la radio sont imparablement des acquis à renforcer et à consolider avec le support de l’écrit que constitue le journal. C’est pourquoi, nous vous sollicitons aujourd’hui en vue de créer un journal quotidien de statut public en tamazight. Cet organe assurera la mission de service public dans une langue que l’Algérie tient à promouvoir et à développer. Toutes les expériences antérieures en la matière- que des équipes motivées et passionnées avaient menées dans des circonstances difficiles- seront investies dans cette nouvelle entreprise en vue d’obtenir un produit à la hauteur des espérances de notre jeunesse et de notre société en général. 

Dans l’espoir d’une réponse favorable à notre présente demande, veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre parfaite considération.

P/ Les signataires

Brahim TAZAGHART

Tahar OULD AMAR

Copie :

  • Mr Le Président de la République
  • Mr le Chef du Gouvernement

NB : Joint copie de l’appel avec les premières signatures des demandeurs



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.