AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 


TAMAZIGHT

       

Pour le maintien du salon national du livre et du multimédia amazighs à Bouira

TamazightBrahim TAZAGHART, Correspondance, 29 février 2012 / On apprend que le Haut Commissariat à l’Amazighité a décidé d’organiser l’édition 2012 du salon national du livre et du multimédia amazighs à Bejaia. Si cela venait à se confirmer, Bouira serait dépossédée de la seule manifestation culturelle d’envergure nationale qu’elle abritait jusque-là.

Cette décision de « délocaliser » le Salon obéirait, nous nous en doutons, à des considérations d’ordre organisationnelle, ou plutôt « désorganisationnellle », caractérisant aussi bien les organisateurs que les partenaires de la manifestation dans cette wilaya. Si les organisateurs ont péché par leur incapacité à communiquer et à créer l’intérêt autour de l’événement, ces partenaires, aussi bien les pouvoirs publics que le tissu associatif, ont, depuis l’avènement du Salon du Livre et du Multimédia, brillé par leur démission en terme d’implication concrète.

Une question s’impose toute fois : le HCA a-t-il fourni les efforts nécessaires pour impliquer le mouvement associatif dans l’organisation de cette manifestation ? Nous ne pouvons répondre à cette interrogation à la place des associations de la wilaya de Bouira qui doivent prendre leur responsabilité et se positionner aussi bien par rapport à cette délocalisation qu’aux obstacles que rencontre l’enseignement de tamazight. A côté de cela, il faut admettre que le timing retenu pour le Salon et l’inertie des canaux de communications ont largement contribué à sa « non réussite ».

Face à cette situation, n’y aurait-il pas d’autres solutions que celle d’affecter ailleurs la manifestation ? Il nous semble que pour peu que l’on revoit le timing, que l’on focalise sur la communication, que l’on implique davantage le mouvement associatif et que l’on exige des pouvoirs publics disponibilité et cohérence, - le HCA n’est-t-il pas une institution dépendant de la présidence de la république ? - le Salon du Livre et du Multimédia Amazighs enregistrerait une meilleure affluence. De toute façon, prendre la décision de l’annuler à Bouira concourrait à disqualifier la dimension amazighe déjà fragilisée dans cette wilaya, s’agissant notamment de l’enseignement qui se débat dans des problèmes énormes.

Par contre, le maintenir contribuerait à, au-delà de rendre visible la création, renforcer un espace riche par sa pluralité et surtout à promouvoir (et c’est le rôle du HCA) tamazight en dehors de Bejaïa et Tizi-Ouzou.

Première liste des signataires:

    • Brahim Tazaghart, écrivain et éditeur
    • Tahar Ould Amar, écrivain et journaliste
    • Salem Zenia, écrivain, poète, et fondateur du journal Izuran
    • Abdesselam Abdennour, écrivain, journaliste
    • Djamel Arezki, écrivain
    • Mohamed Ziane-Khodja


Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.